avatar_houx2C'est au début du siècle que ces beaux messieurs de la capitale ont obligé les Marseillais à parler le français de France. A Marseille, on a donc peu à peu appris cette langue étrangère, en y intégrant des francisations d'expressions provençales, ou en modifiant le sens de certains mots français. C'est ce qui a donné le marseillais, cette langue chantante et chaude qu'on connaît.

Bout d'an :


Désigne la fin de l'année dans l'expression qu'on entend le soir du 31 décembre.

"Bon bout d'an" (je te souhaite un bon bout d'année)

"à l'an qué ven !" (à l'année qui vient)

2007

Mais alors, d'où ça vient le Marseillais ???

.........Depuis la disparition de l'empire Romain, la langue parlée sur nos terres était le Provençal,
(qui a succédé au latin) - autant dire que ça ne date pas d'hier !
ce jusqu'à ce que ces môssieurs de Paris, soucieux d'harmonie obligent les enfants Provençaux,
à parler le Français de France ; c'était pas hier mais presque: c'était au début du siècle.
Alors, les Marseillais apprivoisèrent peu à peu, avec beaucoup de malice, cette " nouvelle langue,
venue d'ailleurs " avant d'en faire la leur.

..........A court de vocabulaire, ils ont du " marseilliser " un grand nombre de mots venus de Paris,
" franciser " des tournures grammaticales Provençales, ou encore, transformer carrément?
la signification initiale d'un mot.

..........Il est nécessaire d'ajouter que le Provençal n'est pas et n'a jamais été un patois,
il s'agit d'une langue à part entière, qui s'est constitué une grammaire quand le Français,
encore balbutiant et hésitant n'avait encore établi que des lexiques
(c'est à dire des équivalences de mots latins avec des mots plus ou moins semblables dans les différents dialectes du nord : les langue d'oïl) .

.........Le Marseillais, qui est une " façon de parler " assez récente (malgré les apparences),
découle donc de deux langues distinctes et codifiées :
Le Français " académique " relativement fixe à partir du XVIe siècle et le Provençal,
l'une des plus anciennes " lingua materna " (c'est à dire langue gallo-romane),
ce n'est pas, à proprement parler, une " déformation " du français moderne,
mais plutôt une " adaptation ".

dyn002_original_250_250_gif_2595266_5d4a46c537baf1a1f114ea6eb060ff0b

 

"A l'an que ven ! Se sian pas mai, que siguen pas men!"

qui veut dire

"A l'an qui vient ! Si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins !"

"Val maï un que sab que cen que cercoun."

qui veut dire

"Il vaut mieux 1 qui sait que 100 qui cherchent."

Champagne_POP

Je tiens à remercier Jean-Louis de son aide très précieuse pour ce post.