Est-il trop tard pour agir ? L’affirmer serait rendre la proposition vraie. En suggérant que rien ne peut être entrepris, on s’assure que rien ne sera tenté. Mais même un optimiste résolu comme je le suis a de plus en plus de mal à trouver des raisons d’espérer. Une nouvelle publication rassemblant les résultats scientifiques obtenus depuis le dernier rapport du GIEC suggère que certains processus critiques de transformation du climat pourraient avoir déjà débuté. »

Les dernières données scientifiques montrent que pour prévenir un emballement climatique, il faut totalement décarboner nos sociétés.

par George Monbiot, The Guardian, 25 novembre 2008

Georges Bush se comporte comme un furieux emprunteur en faillite, dont la maison serait sur le point d’être saisie. Il brise la porcelaine, arrache les portes de leurs gonds, il est déterminé à ce que rien ne soit laissé intact au moment où le futur propriétaire l’expulsera. Avec les derniers règlements qu’il a fait adopter, livrant les espaces sauvages des Etats-Unis aux entreprises forestières et minières, jetant à la poubelle les contrôles anti-pollution, démantelant les lois de protection de la nature, il va faire plus de mal durant les 60 derniers jours de sa présidence que dans les 3000 qui ont précédé

Ses partisans - et parmi eux les pires pollutocrates des Etats-Unis - demandent ses faveurs. Mais cette dernière crise de vandalisme représente aussi ce à quoi la présidence Bush se résume. Cette destruction n’est pas un sousproduit accidentel de cette idéologie. Elle est l’essence même de cette idéologie. Le néo-conservatisme, c’est le pouvoir qui s’exprime en montrant que n’importe quelle partie du monde peut être réduite en un tas de décombres.

S’il est maintenant trop tard pour prévenir un emballement climatique, l’équipe Bush en sera en grande partie responsable. En détruisant volontairement notre « Climat Modéré » - cet interlude de températures douces qui a permis à l’humanité de s’épanouir - elle fait passer les massacres de masses qu’elle a perpétrés en Irak au second rang de ses crime contre l’Humanité. Bush a lancé sa guerre contre la science avec cette même détermination stupide que lorsqu’il a déclaré la guerre au terrorisme.

L’affirmer serait rendre la proposition vraie. En suggérant que rien ne peut être entrepris, on s’assure que rien ne sera tenté. Mais même un optimiste résolu comme je le suis a de plus en plus de mal à trouver des raisons d’espérer. Une nouvelle publication rassemblant les résultats scientifiques obtenus depuis le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat , le GIEC, suggère que certains processus critiques de transformation du climat pourraient avoir déjà débutés, et ce presque un siècle avant les dates prévues

Il y a à peine un an, le GIEC annonçait que l’on « prévoyait que la banquise arctique de fin d’été pourrait disparaître presque complètement d’ici la fin du XXI ème siècle, d’après certains modèles » .Mais les nouvelles études du Public Interest Resarch Center (PIRC) indiquent que les scientifiques prévoient désormais la disparition de cette banquise d’été d’ici trois à sept ans. Actuellement, sur les diagrammes les courbes de la fonte sont en chute libre, comme celle d’une météorite tombant vers le sol.

Oubliez ces satanés ours polaires, c’est de nous qu’il s’agit. Avec la disparition des glaces, la région s’assombrit et absorbe donc plus de chaleur. Un article récent publié dans les Geophysical Research Letters montre que le réchauffement supplémentaire dû à la disparition des glaces s’étend jusqu’à 1500 km à l’intérieur des terres, recouvrant presque entièrement la région où le permafrost est permanent Les sols gelés arctiques contiennent deux fois plus de carbone que toute l’atmosphère .Tant que les sols restent gelés, il reste captif. Mais la fonte a commencé. Les dégagements de méthane s’échappent avec une telle force dans certains endroits qu’ils maintiennent l’eau de lacs arctiques libres durant tout l’hiver .

Les effets de la fonte du permafrost ne sont incorporés dans aucun modèle climatique global. Un emballement climatique dans la seule région arctique pourrait faire basculer la planète entière dans une nouvelle ère climatique. Le Climat Tempéré pourrait s’effondrer plus vite et à plus court terme que les scénarios les plus sombres ne l’avaient prévu.

Le discours de Barack Obama, lors du sommet climatique des Etats-Unis, la semaine dernière,

Lire la suite

Concours gratuit Webtoweb! Votez pour cet article!